Un énième épisode du cirque appelé « Lutte Contre Le Terrorisme »

Que dire donc des deux dernières actions du pompier pyromane Etats-Uniens à Tripoli (Libye) et Barawé (Somalie)?

1- Enlèvement sur un territoire « souverain » qu’ils ont contribué à libérer en chassant le méchant dictateur Kadhafi et le remplacer par les gentils Démocrato-Terroristes dont les liens avec Al Qaïda ne sont plus à démontrer à l’instar du Show en Syrie. Le pseudo Etat démocratique libyen va même jusqu’à qualifier cela d’enlèvement et demande des explications à son « ami » américain.

2- Attaque contre un bastion des Shebabs somaliens à Barawé , en territoire somalien, qui se solde par ce qui pourrait être un autre échec des forces spéciales US qui ont du abandonner le combat au bout d’une heure approximativement et battre en retraite. Pour faire propre les médias disent « la situation est ambiguë »… On connait ce langage. Le comble de ce cirque est que les américains seraient intervenus pour punir les Shebab de la prise d’otage sanglante non pas aux USA ou dans une ambassade américaine mais… au Kenya. Vos ne comprenez pas? ok, allons plus loin.

Une fois de plus, on voit les mêmes venir allumer un feu: tenter de discréditer et déstabiliser un président élu par son peuple puis venir agir dans son « intérêt » en attaquant le bastion de ses ennemis. De qui se moque-t-on?

Qui ignore que l’enclavement géographique du Sud Soudan, Nouvel Etat Expérimental, l’empêchant d’exporter son pétrole par le « nord » Soudan, il a été plus intéressant de mener ce que j’appelle une opération « OUATTARA » au Kenya afin d’utiliser ce pays comme point de passage du pétrole vers l’océan indien. et de là, son exportation vers les raffineries occidentales et ce dans leur éternelle stratégie de contrôle des ressources énergétiques face à la Chine. L’établissement de partenariats forts entre le Kenya et la Chine qui a vu le président Uhuru Kenyatta qui a vu un pays d’Afrique noir rompre avec les schémas coloniaux, si encrées dans les pays d’Afrique, voyant toujours un nouveau président africain « élu » faire sa première visite « internationale », comprenez, « Hors d’Afrique » en Occident: France, Belgique, Royaume-Uni et USA en tête de liste, a du en vexer plus d’un (parmi ceux cités ci-avant).

Ceci est clairement du chantage de haut niveau. On te fait savoir qu’on les moyens de te nuir en finançant le terrorisme par pays de la péninsule arabe interposée dont les sommes colossales finissent tôt ou tard par circuler dans la nébuleuse terroriste et se retrouver là où on ne l’avait pas prévu mais peut-être aussi, là où on l’avait prévu en fin de parcours. En suite, on intervient en donnant des gages de bonne volonté, d’amitié, de soutien en attaquant ceux qui sont tes ennemis avec un important déploiement de force. Tiens ça me fait penser à la première Guerre du Golfe lorsque les américains sont venus, imagerie satellite à l’appui montrer aux saoudiens que Saddam Hussein était sur le point de les envahir aussi et permettre ainsi l’établissement permanent de forces américaines en Terre Sainte de l’Islam et des Puits de Pétrole.

Savoir décrypter l’information est vitale pour qui ne veut plus se faire avoir comme un novice mais aussi savoir mettre en place des outils, des alliances et des moyens coercitifs d’anticipation des menaces et complots contre soi, ses intérêts et ses alliés.

Revoyons la chronologie:

1- Victoire du nouveau président kenyan Uhuru Kenyatta, Avril 2013

2- Menace de le traduire à la CPI dans le même temps, Avril 2013

3- Incendie « accidentel » gigantesque de l’aéroport internationale de Nairobi, début Août 2013

4- Premier voyage international en Chine et en Russie, fin Août 2013

5- Prise d’otage sanglant dans le centre commercial WestGate de Nairobi, Septembre 2013

Les idéalistes diront que les faits n’ont rien à voir les uns avec les autres. Dans ce cas, là on dira aussi que les « révolutions arabes » et l’implication active et « passionnée » des « démocraties » occidentales n’ont rien à voir d’une révolution (Tunisie) à l’autre (Syrie) tout en sachant que celles touchant des alliés clés aux Pompiers-Pyromanes, dont le Qatar, là pas d’intervention passionnée, pas de snob’ intello du genre Bernard Henry Levy, pas de demande de sanction ni menace d’intervention et encore moins de bombardement empressés pour « sauver le peuple » qui au Qatar s’est fait massacré sans émouvoir personne, sans doute parce qu’ils étaient pour la majorité des chiites.

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.