Opinion: la scarification faciale & nous

Je suis entrain de regarder des images de rites d’initiation et de scarificationdes jeunes hommes… pout ne pas dire de jeunes garçons (certains ont à peine 4 à 6ans). C’est clair que vu d’ici (oui, vu de nos vies d’Africains expatriés) cen’st pas facile à concevoir de faire passer son enfant par un rite pareil.

C’est vrai aussi que çà me glace le sang de voir le sang sur leur visage, autant je me dis, que c’est un travail méticuleux qui n’est pas faitn’importe comment et qui s’inscrit dans une paradigme qui nous est propre.

Je me rappelle encore le beau visage de ma grande-Mère maternelle (Lega – Songye) et d’une de mes tantes (épouse d’un cousin à mon père, papa Bassia), ainsi que ma Grand-Mère Paternelle (Kpala) qui portaient toutes des scarificatins sur les joues et celà n’enlevait rien à leur beauté de femme.

Vivre hors du Continent Premier nous met, sur le plan de la culture, dans une sorte de… prison idéologique où toutes nos actions sont conditionnées par le « que diront les blancs/autres si ils me voient comme çà ».

Puis, vient dans mon esprit, tout ces ouest-africains qui vivent fièrement en Occident avec leurs scarifications. Des hommes comme Seal et sans doute d’autres bien moins connus que ce dernier.

Nous nous devons de faire une réappropriation de notre image, du « nous, vu par nous » afin d’être en accord avec ce que nous sommes intrinsèquement au dedans afin de mieux vivre nos vies au dehors.

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.