Une nouvelle compétence: traducteur Francais-Lingala

C’est une suite logique de mes initiatives et de mon désir de compléter mon « CV » avec des compétences qui me permettent de faire ce que j’aime et d’en tirer des revenus.

Je me suis alors lancé dans la traduction de documents en français vers le lingala, voire du lingala vers le français.

Une activité que j’avais déjà débuté il y a quelques années en traduisant vers français mais aussi vers lingala lors de conférences ou événements avec des intervenants s’exprimant en lingala.

Traduire dans une langue dont les supports lexicaux sont éparses et peu centralisés, requière d’avoir soi-même une très bonne base en terme de formulation des phrases, comprehension des sens multiples des mots ainsi que l’importance des intonations des homonymes.

Ces intonations, assez particulières dans le lingala mais sans doute dans les autres langues Bantu, peuvent transformer un mot ou une phrase du tout au tout.

Traduire des mots, des phrases, des textes dans sa langue est un travail comme un autre à la différence que l’on apprend des choses aux autres mais aussi à soi-même et l’on approfondit sa connaissance de la culture et des peuples utilisant la dite langue.

Ma première mission a été la traduction d’un long texte de voix off pour un film-documentaire historique sur la relation entre le roi Léopold II, le Musée de Tervuren et les oeuvres venant du Congo dans une perspective de remise en question du Musée dans le cadre de sa réouverture.

Donc, un nouveau métier s’est ouvert à moi et je ne peux qu’en être heureux car je reste dans le créneau Culture et Histoire et Littérature.

 

 

 

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.