Nos Ancêtres et Nous: le lien de la Transmission

Dans le mouvement de renaissance global panafricain et afro-centré qui a commencé à toucher les consciences des africains vivant shors d’Afrique et les afro-descendants, il y a une notion ou un concept, une part importante de l’idéologie spirituelle ayant trait aux ancêtres. C’est à dire aux illustres défunts ainsi qu’aux ascendants par filiation qui nous ont précédés sur cette Terre.

PANAFRICANISME / AFROCENTRISME

Cette attachement, ce retour vers les croyances anciennes pré-chrétiennes et pré-islamiques, va de paire avec le détachement des africains et afro-descendants vis à vis des croyances ou religions dites importées et imposées. Un détachement qui va aussi de paire avec un rattachement à une idéologie radicale panafricaine et afro-centrée, j’insiste sur afro-centrée. Car le but du panafricanisme est l’union idéologie sous une vision socio-politique avec bien sur la culture identitaire comme cheval de bataille d’union entre les peuples d’Afrique et de les « diasporas » ainsi qu’un outil de combat idéologique sur la scène politique, culturelle et économique entre autre. L’Afro-centrisme lui ne prône pas l’union mais le retour au « Nous Premier« . Je n’ai jamais su trouver de synonyme à l’expression de cette pensée. Du coup, je l’ai nommée, appelé à l’existence en disant le « Nous Premier« , c’est à dire ce que nous étions bien avant les invasions, occupations, colonisations, esclavages et autres destructions psychologiques et physiques. L’Afro-centrisme veut un retour non seulement aux valeurs, au meilleur de la tradition ancienne et surtout aux croyances et divinités dites noires. Je reviendrai sur cette question dans un autre article car il est important de creuser ce sujet aussi.

DEFINITION OCCIDENTALE

Entrons maintenant dans le fond de la pensée qui est la mienne au sujet de ce qu’est un ancêtre. Je vous donne d’abord deux définitions « occidentales » de ce qu’est un ancêtre afin de mieux souligner l’importance de connaître son paradigme qui influe sur les mots et le sens des choses que nous appelons à l’existence.

Un ancêtre est soit le père ou la mère, soit de façon récursive le père ou la mère d’un ancêtre (grand-parent, grand-grand-parent, etc.) ou Ascendant d’une personne ou d’une famille antérieur aux parents ; aïeul ou précurseur lointain d’une personne notoire, initiateur d’une idée, d’une doctrine voir simplement celui qui a précédé le grand-père.

A toutes ses définitions, il manque une chose importe d’un point de vue paradigmique. Pour nous, du moins dans la tradition des Bantu, communauté de peuples africains représentant 70% des peuples noirs d’Afrique et ayant tous une même racine linguistique, point de départ géographique et coutumes, l’ancêtre est avant tout celui qui transmet à sa descendance le meilleur de lui-même en vue d’une mission à accomplir pour parfaire sa communauté mais surtout qui reste présent au sein de cette dernière voire qui « revient » en son sein en faisant un saut générationnel pour aider à l’accomplissement de la dite mission.

DEFINITION SELON LE NOUS PREMIER

Dans ma définition: un ancêtre est un Être « canonisé » de par sa Transition devenant un Être du Monde Non Crée qui devient un lien de transmission entre ce que nous étions et ce que nous devrions être.

Il devient, de par sa Transition (sa mort) membre à part entière d’une entité spirituelle propre à un clan ou un peuple (ex: Ngombe, Lulua, Songye, Lega…) qui elle-même est membre d’une Supra Entité Spirituelle regroupant toutes les entités de plusieurs peuples d’un même paradigme (ex: Bantu, Peuls, Fulani, Touareg, Zulu, Malagasi, Haïtien, …). On serait tenté ici de parler d’un « Dieu Noir ». Je laisse à mes illustres aînés et anciens comme Mbog Bassong, Kalala Omotundé, Ama Mazama, Somé Malimona et bien d’autres que je vénère pour leurs Savoirs sur les Spiritualités Sacrées Anciennes.

LE SILO A GRAIN

Un ancêtre dans le paradigme afro-centrée est donc d’abord un être cher décédé, ayant accompli ou pas de grande chose qui devient une entité spirituelle, pas une divinité ni un esprit. Ces deux là, sont deux choses différentes avec leurs identités, pouvoirs, attribues et effets propres. Un ancêtre est comme un silo à graine dans lequel on aurait accumulé des jours et des jours de récoltes de graines à semer ou autre. Dès le moment où le silo se rempli, il peut déjà commencer à dispenser des graines au besoin, il en est ainsi des personnes actives et excellentes dans un ou plusieurs domaines.

SCHEMA 1:

  1. Personne vivante + Connaissance (connaissances théoriques, idéologie) = Savoir Révélé (connaissances pratiques, expertise)
  2. Savoir + Activité = Création, Réalisation (traces tangibles et irréfutables).

Lorsque la personne meurt, elle ne peut plus semer dans le monde des vivants, il faut alors une « interaction » avec des vivants éveillés, initiées ou simplement détentrices de certaines aptitudes afin que le déversement de la science de l’illustre disparu puisse se poursuivre.

SCHEMA 2:

  1. Personne morte + Connaissance (connaissances théoriques, idéologie) = Savoir Non Révélé (connaissance pratique, expertise)
  2. Personne morte + Savoir (connaissances pratiques, expertise) = création, réalisation à parfaire (traces tangibles et irréfutables

LA MANIFESTATION

J’ai du mal avec le mot réincarnation car l’étymologie de ce mot se décompose comme suit: RE-: retour, IN-: dans, CARNE-: la chair donc retour dans la chair. « Un processus de survivance après la mort par lequel un certain principe immatériel et individuel (« âme », « substance vitale », « conscience individuelle », « énergie », voire « esprit ») accomplirait des passages de vies successives dans différents corps (humains, animaux ou végétaux, selon les théories). À la mort du corps physique, l’« âme » quitte ce dernier pour habiter, après une nouvelle naissance, un autre corps ».

Or si une personne fait des retours réguliers, siècles après siècles, nous perdons en qualité Humaine car il serait fou de que les mêmes personnes aient un monopole de la Vie. Bon, dans certains peuples, ceci pourrait expliquer cela, vu la manière dont le monde part en cirque mais ce n’est pas l’objet de cette publication…

Donc je disais que je ne crois pas en la réincarnation d’un ancêtre. Je ne suis la réincarnation de personne car la conscience qui est la mienne est mienne car elle résulte de mes Expériences, de mon éducation et surtout de mon idéologie. Un être humain n’est pas un autre, aussi illustre eusse-t-il été. Ce en quoi je crois, c’est la Transmission. La transmission d’une Connaissance, d’un Savoir, de l’Ancêtre à son élu et de l’Ascendant à son Descendant.

TOUT PREND SON SENS

Oui, ce point de chute vous éclairera, si ce n’est pas déjà fait, sur ce qui a été dit avant. D’abord sur la « filiation » entre l’ancêtre et son élu. Un ancêtre ne se met pas forcément en lien de transmission dans sa lignée biologique directe. Il peut, si il est lié à tout un peuple, se lier à qui il veut, à celui à même de porter au mieux le fardeau qui lui sera transmis. C’est ainsi qu’un Lumumba (issu du peuple Tetela) peut se mettre en lien de transmission avec un Nandé, un Ngbandi, un togolais, un gambien, etc… Car Lumumba est devenu une entité dont le rayonnement a atteint des peuples en dehors du sien comme on peut voir un Cheik Anta Diop se mettre en lien de Transmission avec un congolais, un malgache, un comorien… un « afro-colombien », un « afro-amérindien », et pourquoi pas jusque chez les Jarawa des îles Andamans? Mais il pourrait aussi tout simplement déverser toute son énergie sur un de ses descendants direct dans la famille Lumumba, Diop, Cabral, Biko, etc… pour peu qu’il y ait eu conservation du Lien de la Transmission entre ascendants et descendants.

Parcontre, il y a des liens de transmission qui ne se font qu’exclusivement au sein de la même famille ou des branches du même arbre généalogique car il y a des transmissions qui ne font que par le lien du sang. Le sang, ce véhicule de transport des gènes sur des milliers de générations au travers le temps, qui piste et conserve un lien incassable entre ascendants et descendants. Le sang ne ment pas. Ces transmissions là, sont, à mon sens, de l’ordre du sacré ou du secret ou de l’intime. C’est à dire une chose qui se doit d’être faite pour répondre d’abord à un problème touchant l’environnement premier de l’individu dans lequel la transmission à eu lieu afin de rayonner plus largement après.

Plusieurs ancêtres sont partis sans doute trop tôt ou dans des circonstances violentes ne leur ayant pas laissé le temps ni de transmettre à un enfant, neveu, épouse, frère, sœur une connaissance ou un savoir. Et ces Ancêtres là scruteraient leurs descendants ou ceux de leurs proches pour savoir avec qui se mettre en lien de Transmission afin que la connaissance accumulée et le savoir développé ne soit pas perdu, un peu comme l’auteur de cet article qui depuis trois ans produit à une vitesse impossible à un auteur « normal » des récits dits de fiction mais dont le contenu cache bien plus de connaissance et de savoir qu’il en a lui même connaissance. D’où sa dédicace dans chaque livre à ses enfants (et les leurs) à qui, pense-t-il, que ces choses sont destinées pour soit les accomplir, soit les développer mieux que lui.

DE QUI RECEVOIR?

Nous ne sommes pas la propriété de celui qui n’est plus. Nous ne sommes la créature, la chose, de personne, absolument personne contrairement à ce qu’enseigne l’idéologie judéo-chrétienne et islamique. On ne créait pas une chose pour lui dire qu’elle est libre tout en lui faisant savoir que tout ce qu’elle est et doit faire doit être fait pour satisfaire le Créateur. Non! On appelle ça l’esclavage ou la chosification.

Nous sommes parce que ceux avant nous ont été. Et ce que nous sommes, nous le sommes d’abord pour nous-même, puis les nôtres puis l’humanité. Et si l’ensemble des consciences qui poussent l’Humain (au sens Bantu du terme, c’est à dire tourné vers l’Excellence pour, par et avec le Nous Premier) à faire le bien ainsi que les Supra Entités spirituelle peuvent être appelées Dieu ou Nzambe, Nzambi, tans mieux. Mais là n’ont plus n’est pas le sujet, et je laisserai sans doute mes aînés, détenteurs du Savoir sur la chose s’exprimer à ce sujet.

Donc, je disais de qui recevoir… On ne reçoit pas d’un seul ancêtre, c’est « mathématiquement » impossible car nous sommes la somme de ce qui a existé avant nous. C’est une de mes phrases fétiche pour dire que chacun résulte de ceux qui sont venus avant lui. Si déjà génétiquement nous ne recevons pas que de notre père ou notre mère mais des deux et de leurs parents aussi et des parents de leurs parents alors pourquoi sur le plan spirituel, dans un lien de Transmission, recevrions nous seulement d’un seul Ancêtre? C’est une conception idéologie née avec les films d’Hollywood et les récits bibliques où seul une Divinité Unique et toute puissante peut seule donner ce qui est bien et bon.

Nous sommes la raison pour laquelle nos ancêtres ont éxistés. Et nous nous devons d’être en lien de Transmission avec eux pour recevoir le meilleur d’eux afin de devenir bien meilleur qu’ils ne l’étaient. C’est lorsque ce lien est rompu et remplacé par d’autres que des peuples deviennent des viviers de « zombies » intellectuels, et de « morts-vivants » idéologiques. Observez le monde et dites moi de tous les peuples lequel est le plus opprimé, le moins combatif et le plus aliéné. La réalité saute aux yeux et cet article aura sur votre psyché l’effet d’une lampe avec une ampoule de 6 watts dans une pièce obscure. Optimisez-la maintenant avec une « ampoule de 50 watts »… et voyez vous-même le résultat.

Je vous remercie

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.