Elections & Communauté Congolaise de Belgique: l’Hécatombe avait été annoncée

A l’approche des élections, surtout que nous le savions depuis au moins 2012, certains auraient du s’installer en dehors de Bruxelles pour maximiser leur chance (pas trop de concurrence d’origine congolaise comme sur Bruxelles)

Mais au lieu de çà, tout le monde est resté sur Bruxelles espérant un miracle du Saint Esprit pouvant lui apporter 1000, 2000, 4000, 10.000 voix et le plus souvent SANS bagage en terme d’engagement direct et concret pour la communauté…

Durant les débats MASOLO j’ai trop entendu la phrase « si je suis élu… », honnêtement cette phrase est typique de ceux qui en vérité ne sont même pas convaincu de leur capacité à mobiliser et assez bien capitaliser des voix pour être élu. On compte sur le hasard, la chance, sur… Dieu.

J’ai eu à donner divers points d’actions concrets à l’intention des personnes de notre communauté qui ont été courtisé et sans doute à l’avenir aussi. Sur un de mes status facebook en rapport avec cette hécatombe et surtout suite à mon article du 28 janvier 2014 en rapport avec la dispersion des voix de la communauté congolaise, j’ai dit les choses suivantes:

1- Il faut que les gens se décident de BOUGER de BRUXELLES… et aller s’établir ailleurs (Brabant Wallon, Wallonie, etc..): car tans que vous serrez serrés comme des moutons dans un enclos d’abattoir vous risquerez de ne jamais voir la lumière du jour. Bertin Mampaka est issu d’une époque où il n’y avait pas la terre entier comme candidat d’origine congolaise pour une même circonscription électorale… Bref, Je passe.

2- Si l’on vous propose une place sur une liste moins d’un mois avant les élections: IL FAUT REFUSER. Car cela ne tient nullement compte de vos priorités de vie, de votre situation et encore moins des projets que vous portez et avez lancé ou pas encore. C’est clairement une tactique pour trouver des nègres et négresses de service pour apporter des voix au parti et NON A VOTRE PERSONNE comme candidat. Mais si vous aimez être la « b*tch » d’un parti politique, libre à vous… c’est  une forme de liberté aussi!

3- Si vous n’avez aucun  projet personnel que vous portez depuis X temps pour pouvoir un jour le défendre en politique (élu ou pas): IL FAUT REFUSER. Car ce point montre qu’ils sen foutent royalement de vos attentes, vos projets et votre vision de l’avenir.

4-  si vous VOYEZ et que vous SAVEZ qu’il y a déjà BEAUCOUP de candidats issus de la communauté, dans votre parti, pour la même circonscription: NE VOUS PRÉSENTEZ PAS, tout simplement. La multiplication des candidats affaiblie la communauté.

5- Prendre la peine de s’asseoir en comité restreint, à huis clos (#CampusCongo) entre personnes issues de la communauté, si possible, plusieurs mois avant les élections pour se mettre d’accord: qui se présentera, qui ne se présentera pas, qui se présentera aux prochaines élections et qui pourrait prendre qui sous son aile, le temps de le former pour lui succéder si il devait prétendre à un niveau électoral plus élevé etc…

6- Si l’on vous propose une place de candidat effectif au delà de la 10ème place, réfléchissez bien!!! Au delà de la 30ème place: REFUSEZ! POINT, et au delà de la 60ème place, c’est simple QUITTEZ VOTRE PARTI… Car c’est juste du mépris et une insulte (surtout si l’on vient vous le proposer quelques semaines avant les élections)

7- Etre candidat suppléant au delà de la 5ème position c-a-d il faudra que 5 PERSONNES DÉMISSIONNENT ou RENONCENT ou soient nommées à d’autres poste pour que PAR CHANCE vous deveniez effectif… Mais ce n’est pas interdit de rêver…

Se présenter pour une élection ce n’est pas comme se présenter pour un emploi car il s’agit d’une fonction à responsabilité vis à vis d’un groupe de personne, du PEUPLE, dont vous serez au service, du moins dans le plus normal des mondes. Ce qui n’est pas le cas d’une profession.

Les débats MASOLO ont prouvé au moins quatre choses:

1- Beaucoup de candidats sont TROP mal coachés (voir pas du tout) par leur parti voir soutenus de manière passive par cette dernière.

2- D’autres, à mon sens, n’ont pas encore leur place sur des listes électorales: manque de vision, manque de carrure, manque de contact avec la communauté voir « nègres de service » pour capter des voix en faveur de leur parti.

3- Pour plaire à la communauté, les candidats doivent devenir hyper crédible, proche du peuple et de ses aspirations mais aussi capable d’élargir leur base au delà de la communauté congolaise (africaine).

4- La communauté devrait SÉRIEUSEMENT penser à soutenir une liste réduite de candidats, en choisissant par exemple parmi ceux qui auront été coopté par la communauté et participé à une série de rencontres-débats politique dans le type MASOLO avec la communauté.

MORALITÉ: il ne suffira plus d’une belle photo sur une affiche ni d’un clientélisme sur base de l’appartenance ethnique, de la proximité socio-religieuse pour espérer être élu. Nous exigerons désormais un bilan et un suivi des promesses et de l’évolution des candidats les plus en vue et ceux en progression.

L’excellence sera désormais un devoir pour ceux se présentant en politique et ceux traînant derrière eux des casseroles et cachant des cadavres dans leurs placards devraient savoir dès ce jour, qu’ils auront peu de chance d’être élus car la communauté deviendra exigeante et ne poussera que les meilleurs parmi les meilleurs… Qu’on se le dise.

 

Showing 5 comments
  • omar
    Répondre

    Merci pour cette belle analyse plus que nécessaire.

  • Julien Bongo
    Répondre

    Excellent !

  • Nyembwe
    Répondre

    Je viens de lire l’analyse il y a du vrai mais il y a quelques points à revoir. Je n’étais pas candidat au régional ni fédéral je suis bien triste de ce type d’analyse mais il faut savoir que d’autres personnes issuent de la communauté ont de bons projets. Je reste à votre disposition afin que l’on puisse avoir une conversation ou un dialogue. Bien à vous

    • Momi M'buze
      Répondre

      Cher Mr Nyembwe, je vous remercie pour votre réaction. Le point le plus important est d’abord le constat: nous avons ÉCHOUÉ en tans que communauté. et la question à se poser est pourquoi? le 28 janvier j’avais énuméré des points qui suggéraient les failles qui allaient nous faire échouer et provoquer une hécatombe.

      Donc que vous en soyez triste ou pas, là n’est pas l’important car je ne fais pas dans l’émotion, les chiffres ont parlé et il est plus qu’urgent d’en tirer des leçons et cesser avec les vielles recettes électoralistes pour rafler des voix afin de faire monter des ténors politiques.

      Le peuple vote pour des personnes et pour des partis. Dans notre cas, nous avons besoin de personnes pouvant être nos relais. Mais si c’est personne se contentent de juste prendre des voix pour faire monter leur parti en quoi sont-elles en phase avec la base? Ne cherchons pas Midi à Quatorze heures, j’appelle çà mentir au peuple. Surtout quand ces personnes (pas toutes) se présentent avec des discours qui se terminent pas « si je suis élu… » tout en sachant qu’ils ne sont pas là pour être élu. Alors d’une chose l’autre, soit vous entrez en campagne pour être élu et vous faites les choses dans ce sens, soit vous entrez en campagne pour faire monter votre parti et vous le faites savoir aux électeurs sans tenir le discours de « si je suis élu… »

      Après chacun fait ses analyses à chaud comme il faut, il y a 5 mois j’avais déjà tiré la sonnette d’alarme, donc on ne me dira pas que je fais dans l’émotion… Il y a des choses que beaucoup parmi nous nous obstinons à ne pas vouloir changer. Trop peureux, pas assez courageux. on préfère se plier à la volonté d’un parti qu’aux attentes d’une communauté. On préfère être contrôlé et dépendant d’un parti qu’être contrôlé et dépendant d’une population (communauté) voilà la vraie chose TRISTE! Et pas mon analyse…

      Prochaine échéance, les communales de 2018… On verra bien à cette échéance là, si j’ai eu tord de dire ce que j’ai dit ou pas. Car jusque là, la communauté ne faisait JAMAIS le bilan avec ses élus. Elle ne les poussait jamais a venir s’expliquer et encore moins leur demander des comptes entre deux élections lors de débat public comme #MASOLO que j’ai organisé dernièrement…

      Bien à vous

pingbacks / trackbacks

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.