Du Quartier Matongé au Quartier des Continents: Un changement de nom très discutable.

Voici quelques jours ou semaines que j’ai entendu parler de ce projet de changement de nom du plus africain des quartiers de Bruxelles, le quartier Matongé, situé dans la commune d’Ixelles et tirant son nom d’un quartier populaire de la ville de Kinshasa, fief des artistes et des acteurs culturels en tout genre.

A première vue, on pourrait dire que c’est normal et que c’est une décision légitime d’une institution publique, la commune d’Ixelles, responsable du cadastre et tout le tralala associé. On pourrait aussi mettre en avant le fait que depuis quelques années des commerces « non africains » ont fleuris dans le quartier attirant de plus en plus un public « branché ». Vu comme çà, rien à rajouter. D’ailleurs, qui sommes-nous pour contester une décision prise en Belgique pour un lieu en Belgique par des autorités belges (non mais de quoi je me mêle…).

Puis, avec du recul et un minimum de culture général et de mémoire, chose qui fait défaut à beaucoup, on voit les choses sous un autre angle.

Primo: Le discours bidon de madame Chantal Hemerijckx (voir lien en dessous) et d’autres élus locaux d’Ixelles, sur le site du média Le Soir, prêtent juste à sourire et rire jaune. L’argument de la multiculturalité est juste une énorme escroquerie intellectuelle digne des gangstères modernes capable de faire passer un méchant pour un gentil et un gentil pour le méchant. Il n’y a rien, absolument rien de culturel dans ce changement de nom, c’est juste une question économique, augmenter les recettes fiscales de la commune et « dégager » une certaine population et commerces, une affaire de gros sous. Voyant l’opportunité d’attirer plus de commerces la tentation est grande de se débarasser des petits commerces, un peu comme ce fut le cas avec la Rue Neuve, au centre ville de Bruxelles. Qui se rappelle encore des petites enseignes familiales qu’il y avait il y a quinze ou vingt ans? Moi si.

Deuxio: l’argument sécuritaire, là on touche le Nirvana de la manipulation des masses. On en viendrait presque à se demander si la commune Ixelles ne serait pas le Bronx à New York vu les chiffres avancés qui ont surtout pour but de rassurer une certaine tranche de la « population », sur laquelle je vais parler plus loin, et la convaincre que bientôt elle pourra s’y balader comme sur la Toison d’Or, une autre de ces avenues « chic & branchée » de Bruxelles. A croire que le quartier Matongé est nu coup-gorge… Préférant (pour-)chasser des délinquences que de leur appliquer un réel programme d’insertion professionnel et social, la commune d’Ixelles ne va que déplacer les problèmes de stupéfiant vers d’autres quartiers d’Ixelles ou d’autres communes bruxelloises. Rien ne sera reglé car le problème ce ne sont pas les délinquants mais les solutions offertent pour que ces derniers ne restent pas dans la rue.

Tertio: cette « population » de nouveaux petits bobo amoureux de la multiculturalité et autres. C’est elle la cible de la commune d’Ixelles. tous ces changements sont faits pour elle. Et quand je dis elle, je ne parle pas sur le plan humain mais financier. La commune n’en a rien à foutre des gens, elle veut se mettre au niveau des autres communes riches et si il faut chasser des gens, des commerces et en attirer d’autres tout en changeant le nom d’un quartier HISTORIQUE pour une bonne partie de la population BELGE (oui il y a des belges d’origine africaine pour ne pas dire congolaise) en faisant les yeux doux à la petite bourgoisie, la commune d’Ixelles ne s’en privera pas.

Quarto: Une hypocrisie purement belge! Pourquoi? Parce que adopter un nom comme « le quartier de continent » permet aussi de prendre à contre pied l’initiative pour une place Lumumba qui, du coup n’a plus de rapport avec un quartier « globalisé » car l’argument majeur pour le contrer sera « oui mais on devra aussi penser à tous les autres peuples et leur ériger des statues et donner des noms de rues et de places ». Ce qui au fond ne les dérangera pas si çà leur permet de continuer dasn leur promotion de cette pseudo « multiculturalité » capable de drainer des touristes, donc de l’argent. Cette hypocrisie est aussi due au faite qu’ils ont , selon moi, planifié les choses des années à l’avance et je pense que ça remonte au raté du dernier festival Matongé en couleur avec les troubles qui en ont résulté. C’est depuis cette époque là, que pour la première fois j’ai entendu parlé de leur projet de changer le nom, non seulement du festival mais aussi du quartier.

Conclusion: J’ose espérer que les électeurs belges d’origine congolaise ne seront pas amnésiques en 2018 lors des élections en Belgique. Car les petits soldats du capitalisme rampant font toujours les choses en douce de manière à passer pour des phylanthropes, « amis de l’Afrique ».

Article Le Soir: http://mobile.lesoir.be/1221634/article/actualite/regions/bruxelles/2016-05-26/ixelles-matonge-au-quartier-des-continents

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.