Cette jeunesse africaine qui paie le prix fort

« Tout le monde parle au nom de ce peuple mais personne n’agit pour lui donner sa vraie parole en lui accordant le suffrage universel. Le peuple continue à croupir dans une misère indescriptible entre les guerres, les viols, la famine et les maladies… » dixit un aîné à moi dont l’interpellation sur Facebook m’a touché au plus haut point. De son interpellation, qui était assis consistante, c’est cette partie qui me parla le plus.

Pourquoi? Parce que qui est la première victime, au temps présent mais aussi au futur, de ces égarements et autres absurdités que l’on voit en Afrique comme tout récemment au Gabon? La jeunesse. Cette jeunesse, manipulée ou pas, qui descend dans la rue, brave les tirs à balles réelles, les disparitions pur et simple, les peines de prison sans procès ni preuves à charge. Si, celle d’être descendu dans la rue exprimer son desir d’une autre voie, alternance ou rutpure, c’est selon mais en tout cas une réelle expression d’un désir de changement.

Mépris de la Jeunesse: point commun entre opposition(s) et « majorité(s) présidentielle(s)

Combien d’élus avez-vous dans la rue, que ce soit au Gabon ou en République « démocratique » du Congo lors des dernières manifestations? Combien d’entre eux, avez-vous vu braver les tirs à balles réelles? Allons plus loin, combien de fils de dignitaires de l’opposition avez-vous vu prendre position, descendre dans la rue et à leur tour braver les forces de répression? A mon humble avis, et je peux me tromper, aucun. Pourquoi? Parce que pour les deux camps en présence, les jeunes des quartiers « populaires » pour ne pas dire le peuple d’En-Bas, les pauvres, les « villageois », etc… ne sont que de la chair à canon que l’on place en première ligne, qu’on en courage à descendre dans la rue en masse, qu’on appelle à faire grève etc… C’est ce peuple là, sur lequel comptent les deux camps pour donner de la légitimité à leurs guerres visibles, lorsqu’on sait qu’en coulisse, des choses se dégocient, des « enveloppes » sont transferées, des compromis futurs sont faits etc… C’est à celui qui aura le plus de morts dans son camp ou de « prozélites »zelés et influents que reviendra la meilleur part du gateau au goût de sang. Oui, mes amis jeunes, tous nous méprisent, tous nous prennent pour des cartouches, des grenades, des soldats de plombs de première ligne.

Ils nous aiment bruyants mais pas trop reflechis

Observez maintenant et voyez le nombre de jeunes à des fonctions de responsabilités, des jeunes qui ne sont pas l pour assister mais pour diriger, ceux qu’on met aux affaires, ceux à qui on laisse la plce pour exercer un talent, aussi minime soit-il en politique. Aux dernières nouvelles, concernant la RDC, je vois des têtes de vieux, des plus de cinquante ans et je n’entend que des noms d’anciens, des éternels opposants, des pré-retraités voire des retraités tout court dont certains ont dépassé même l’age légal de la chose, si je puis m’exprimer ainsi, et qui ne veulent rien lâcher. Pourquoi? Parce qu’ils se disent que c’est à eux et eux seuls que reviennent les meilleurs parts du gateau « gouvernement », « présidence », ministères, etc… Comptez dans les différents gouvernements de mon pays, combien de ministres ont ou avaient moins de quarante cinq ans à leur nomination.

Des aînes qui ne veulent rien lâcher ni transmettre

Pourquoi le sgouvernements africains en général sont si faibles et ne tiennent jamais longtemps? Parce qu’il y a très voire trop peu d’aînés qui sont dans une optique de transmission intergénérationnelle. C’est-à-dire, ils sont là pour y rester, traiter directement avec Bwana Kitoko comme ceux d’une certaine éducation coloniale pour qui l’Homme Blanc représente encore Dieu-Sur-Terre. A chaque chute de gouvernement ou régime, c’est toujours l’équivalent d’un Reboot. On efface tout et on recommence ou on perd toutes les données importantes et l’on doit reprendre le travail à zéro, et ce, lorsque ce n’est pas le Pompier-Pyromane lui même qui viennent avec les nouvelles disquettes de données pour Rebooter votre fonctionnement. Les connaisseurs sauront que je fais référence à la FrancAfrique ou pseudo Afrique-France et tous ses cousins à la sauce Congo-de-Louis-Michel etc…

Une génération qui commence à se définir par elle-même

Ma génération est confrontée, plus que celle d’avant, à des aînés qui ne nous font pas confiance alors que la raison même de leur être, de leur présence actuelle aux affaires c’est nous. Car demain quand ils ne seront plus qui donnera de la consistance à leurs réalisations (pour ceux qui auront réalisé quoi que ce soit de tangible et sérieux). Demandez-vous combien de ces aînés qui ont touché au pouvoir on écrit un livre, non pas pour faire l’éloge de leur temps aux affaires mais du partage de leur expérience, de leur réalisation ou projet.

Non seulement, la plupart, oui je dis bien la plupart et je pèse mes mots, de nos aînés ne nous font pas confiance mais en plus, ils s’érigent en moralisateur, donneur de leçon sur la droiture, l’excellence, le pragmatisme, l’amour du pays, l’amour du prochain etc… Que des mots, des paroles, des promesses, des flatteries. Combien sont présents lorsque la jeunesse fait appel à eux? Combien se manifestent pour soutenir ma génération dans ses revendications et non de les embobinner pour les rentrer dans un moule partisan à base de promesse « je ferai ceci pour vous, je ferai celà pour vous… ».

Ma génération est entrain de définir ce qui sera le Nouveau PAradigme Politique Panafricain. Ce nouveeau modèle va tuer, oui je pèse mes mots à nouveau, les raisonnements ainsi que les modèles archaïques de gouvernances et de modèle politique. Peu importe que certains ne le voient pas venir, mais nous, les moins de quarante cinq ans, le voyons venir car nous sommes entrain de le bâtir, non pas contre nos aînés mais contre les chaînes qui retiennent encore captifs la plupart de nos aînés dans un certain schéma de penser et faire la politique.

L’expérience ce sont les aînés mais l’espoir c’est la jeunesse

A mes frères et soeurs je dis, si on méprise votre jeunesse en vous reléguant au rang de spectateur, ce n’est pas grave. Continuer d’avancer, interconnectez vous avec d’autres jeunes, par delà de vos frontières héritées de l’occupation européenne. Le panafricanisme est notre force, le Panafricanisme des Peuples. Un paradigme qui échappe complètement à d’autres générations qui ne peuvent qu’en avoir connaissance tout en demeurant dans l’impossibilité de la vivre car dans l’impossibilité de vivre la vie d’un jeune activiste panafricain dans ses réalités quotidiennes.

Si celui qui a vécu ne transmet rien à ceux qui vont vivre, il pêche et fait de sa vie un gâchis sans nom car à quoi réaliser si tu n’as personne pour perpetuer ton oeuvre, ta vision, ton… nom? Alors n’ayant peu bénéficier de l’expérience des aînés sous forme de formation, d’initiation, ceux qui vont vivre, se devront de palier par eux-mêmes à cette lacune monumentale, cette erreur inqualifiable qui laisse vulnérable toute une nation face à des Prédateurs Etatiques qui eux ont su bénéficier de la transmission en leur sein entre ainés et cadets. Là est l’un des maux principaux de l’Afrique, le pêché de la plupart de nos aînés: nous avoir pas transmis assez, pas initiés correctement et surtout pas formés dans le sens de la résistance et de la fierté du Nous.

Je cloturerai cette réflexion par une citation que je dédie à ma génération que j’encourage à fairepreuve d’abnégation, de courage, d’inventivité et surtout de combativité face aux défis actuels de l’Afrique, de nos nations, de nos peuples. Nos vies ne nous appartiennent pas, elles seront des trophés pour les générations après la nôtre. Des générations qui ne devront pas combattre les combats que nous combattons mais qui devront être alertes et prêtes à se battre, jusqu’à la mort, pour que les acquis passés, les sacrifices consentis, les vies personnes, que tout ça, n’ait pas été placé sur l’autel de la Renaissance Africaine pour rien…

« Ils ont (tous) essayé de nous enterrer. Ils ne savaient pas que nous étions des graines… » proverbe mexicain

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.